Energie

À la suite du vote des lois «  Grenelle  », le Département de la Meuse a engagé des actions volontaristes en matière d’économie d’énergie et de diminution des gaz à effet de serre et des polluants atmosphériques.

Publié le 

Accompagnement financier des collectivités

Conscientes des enjeux en matière d’économie d’énergie, les collectivités territoriales meusiennes cherchent à maîtriser leurs besoins énergétiques notamment dans le secteur du bâtiment.

Le Département de la Meuse a révisé sa politique d'aide financière en matière d'économies d'énergie pour accompagner les collectivités dans leurs efforts dans ce secteur.

L'Assemblée départementale a voté le 22 juin 2017 une nouvelle politique départementale d'économie d'énergie.

Cette nouvelle politique renforce la "solidarité territoriale" portée par le Département dans le cadre de la loi NOTRe.

3 axes d’actions concrètes

Ce dispositif intitulé «  Politique d'aide financière aux communes et à leurs groupements en matière d'économies d'énergie  » propose une aide financière aux actions locales et concrètes de maîtrise de la demande énergétique, autour des 3 axes suivants :

  • Axe I : Etudes préalables à la réalisation de travaux sur les bâtiments publics

  • Axe II : Rénovation énergétique des bâtiments publics

  • Axe III : Rénovation énergétique des logements communaux et intercommunaux

Développement de l’électromobilité en Meuse

Le transport est la principale activité émettrice de gaz à effet de serre (GES) en France : elle représente 29% des émissions totales, dont 38% des rejets de CO2

L’électromobilité est un des moyens les plus efficaces pour réduire les émissions de GES du transport puisqu’une voiture électrique (VE) émet 2 fois moins de CO2 qu’une voiture diesel, et 3 fois moins de CO2 qu’une voiture essence*. De plus, les VE ne rejettent pas de polluants atmosphériques (NOx, particules fines…).

Les collectivités en exemple

L’État a souhaité que les collectivités soient exemplaires en la matière, en imposant une part de 20% de voitures électriques (ou à faible émission) dans leur programme de renouvellement de véhicules depuis le 1er janvier 2016. Ce ratio n’est cependant pas coercitif pour les collectivités disposant de moins de 20 véhicules, soit la majorité des collectivités du département.

Face à ce constat, la Fédération unifiée des collectivités locales pour l’électricité en Meuse (FUCLEM ) et le Département ont décidé de lancer un appel à projets pour l’année 2019, afin de soutenir l’acquisition de véhicules électriques par les collectivités meusiennes, et ainsi, favoriser un développement plus global de l’électromobilité.

*Etude Ademe – Décembre 2017

Contact